OL

Après les dégradations au Parc OL, Lyon fustige le PSG

Les supporters parisiens sont au cœur de la polémique

On le sait, le Parc OL a été le théâtre de dégradations samedi soir, lors de la finale de la Coupe de la Ligue entre le PSG et Monaco (4-1). Condamnés par Jean-Michel Aulas ainsi que par le CUP, ces actes répréhensibles commis par des supporters parisiens devraient entraîner des sanctions de la part de la Ligue. Ce lundi, c'est autour du club lyonnais de prendre la parole, par voie de communiqué.

Et c'est avec des mots lourds à l'encontre des équipes de surveillance parisiennes que l'Olympique Lyonnais a exprimé son mécontentement à l'égard du club de la capitale. Les Rhodaniens s'étonnent ainsi de "l'absence de réaction des 291 stadiers gérés par le PSG" face à la violence des leurs supporters, affirmant par ailleurs l'intention des équipes du Parc OL de se constituer partie civile dans le cadre de la plainte qui sera déposée par la LFP.

"Les équipes opérationnelles du Parc OL étaient en soutien des organisateurs pour assurer le meilleur déroulé de cette finale. [...]  Le PSG s'était engagé à ce que ses stadiers s'occupent de la gestion intérieure de la tribune exclusivement réservée à ses supporters. Bien qu'ayant été sensibilisées, les équipes de surveillance du PSG, pour des raisons inconnues des équipes du Parc OL, n'ont demandé aucune interpellation pendant et après le match alors même que les images étaient très explicites, permettant l'identification des auteurs, aussi bien sur les fumigènes que sur les détériorations des sièges" peut-t-on lire dans le communiqué.

"Étant donné la gravité des dégradations, l'explosion de très nombreux pétards et fumigènes, les représentants de la LFP ont sollicité à la fin de la rencontre les pouvoirs publics pour déposer plainte, ce qui sera fait dans les prochains jours. [...] Compte tenu de cette situation de non droit créée par l'absence de réaction des 291 stadiers gérés par le PSG, et dès que la plainte deviendra effective, le Parc OL se portera partie civile dans ce dossier."