France

Pour Benzema, la réconciliation avec Deschamps semble impossible

Karim Benzema n'a plus été appelé avec les Bleus depuis 2015

Karim Benzema (81 sélections, 27 buts) n'a plus été sélectionné en équipe de France par Didier Deschamps depuis le 8 octobre 2015, contre l'Arménie.

Invité du Canal Football Club, Benzema est longuement revenu sur son avenir chez les Bleus. Depuis sa dernière convocation, il y a eu des affaires, des déclarations, une communication critiquée... Assez d'ingrédients qui poussent Didier Deschamps à ne plus sélectionner l'attaquant du Real Madrid. Mais l'intéressé l'assure, elle "lui manque" cette équipe de France. "Ca fait 2 ans que je ne joue plus en équipe de France. Moi, je n'ai aucun problème avec Deschamps. Mais il ne faut pas être bête: tant que ça sera Deschamps le sélectionneur, je pense que je n'aurais pas la chance de revenir. Il n'y a pas de discussion, c'est au point mort", estime-t-il, très pessimiste sur son avenir avec les Bleus. 

Le sélectionneur et le joueur semblent aujourd'hui irréconciliables. "[Son absence] C'est à cause de cette histoire de sextape. Mais ce qui est extra-sportif, il faut le laisser en dehors. Il faut les meilleurs pour gagner. Et puis tout le monde s'en est mêlé. Le football a été oublié", déplore-t-il. "On s'est appelé avant l'Euro mais il n'y a pas eu d'explication. Je le respecte. Il a affiché beaucoup de respect envers moi au départ et après, me tourner le dos comme ça, c'est blessant. Mais c'est comme ça". Le triple vainqueur de la C1 regrette la place prise par la polémique au détriment de ses performances sur le terrain. 

Benzema en veut à Deschamps

Il a ensuite expliqué un de ses immenses regrets, celui d'avoir manqué l'Euro chez lui, en France. "C'est possible [que Deschamps ait reçu des pression]. Des politiques s'en sont mêlés [...]. Bien sûr que je lui en veux, je suis un compétiteur. J'ai loupé un Euro en France, je sortais d'une de mes meilleures saisons, avec la Ligue des Champions, des titres et beaucoup de confiance. Avec une génération comme celle-là, c'était du bonus", regrette celui qui est au Real Madrid depuis 2009, avant de conclure. "J'y crois toujours ! Ca peut changer dans le futur, j'espère. La Coupe du Monde c'est le rêve de tous les joueurs".