France

Deschamps : "L'Allemagne est au-dessus de nous" (compte-rendu)

L'équipe de France, qui a dominé le Pays de Galles (2-0) vendredi soir au Stade de France, fera face à l'Allemagne, mardi soir (20h45) à Cologne. À la veille de cette affiche amicale de prestige, Raphaël Varane et Didier Deschamps, respectivement défenseur central et sélectionneur des Bleus, ont répondu aux questions de la presse. Une conférence de presse à retrouver en intégralité, ci-dessous.

Merci de nous avoir suivis...

Didier Deschamps quitte la salle de presse, ce live-commenté est terminé. Merci à vous de l'avoir suivi et à bientôt pour de nouveaux lives sur notre antenne.

La Bundesliga ?

Didier Deschamps : "C'est un championnat de grande qualité. Certains joueurs français jouent dans ces clubs allemands. Il y a des exigences de résultats. Il y a toujours eu quelques joueurs français qui ont évolué en Allemagne. C'est plutôt une bonne chose pour les joueurs français. Ils sont dans des clubs très organisés, très structurés."

La capacité de l'Allemagne à se renouveler ?

Didier Deschamps : "C'est un travail de fond qui a été réalisé, qui porte ses fruits aujourd'hui. Cette jeune génération a du temps de jeu en Bundesliga, qui est un championnat très performant. Joachim Löw a intégré ces jeunes joueurs. Je suis convaincu qu'il aura des choix très difficiles à faire à l'avenir. Tant mieux pour lui, cela prouve que l'Allemagne a beaucoup de ressources."

Une Coupe du Monde sans l'Italie ?

Didier Deschamps : "Le verdict tombera ce soir. J'espère pour eux... Je ne veux pas aller à l'encontre de cette équipe suédoise, qui a une belle probabilité d'aller au Mondial. La Suède est mieux placée que l'Italie mais tout est possible."

L'évolution de Presnel Kimpembe ?

Didier Deschamps : "Il est en progression constante. Au Paris Saint-Germain, cette année, il est un peu plus intégré à la rotation. Il joue beaucoup plus, c'est bien pour lui. Il dégage beaucoup de sérénité et de tranquillité. Il est efficace. C'est vrai que ma rotation se limite souvent à trois joueurs, mais il est là. Si je pouvais, je donnerai du temps de jeu à tout le monde... Mais il fait partie d'un groupe. Il le sait, j'ai confiance en lui."

Son avis sur Benjamin Pavard ?

Didier Deschamps : "Il a fait une mi-temps très satisfaisante pour une première sélection. Il a la possibilité, demain aussi, de jouer. Il a tiré profit de ses 45 minutes. J'étais convaincu qu'il y avait un très grand potentiel chez lui. Il est susceptible de commencer ou de rentrer en cours de match."

Renforcer le milieu face à l'Allemagne ?

Didier Deschamps : "C'est un rapport de force. Le 4-4-2 au niveau international est rare. On l'a utilisé en cours d'Euro, on l'a maintenu jusqu'au bout. Il n'y a pas un seul schéma qui marche. L'Allemagne alterne entre une défense à 3 ou à 4. Demain soir, ce sera la même chose ou différent. On doit être capable d'évoluer dans plusieurs systèmes. Toujours dans le but d'être plus performant."

La gestion de Kylian Mbappé ?

Didier Deschamps : "C'est un énorme plaisir d'avoir Kylian Mbappé. Il est simple à gérer. J'ai préféré qu'il rentre après la séance pour faire des soins."

Les déclarations de Karim Benzema ?

Didier Deschamps : "Je vais répondre à ta question par une question. Avant chaque match de l'équipe de France, vous avez prévu de revenir sur ce thème à chaque fois ? L'actualité des Bleus c'était le match face au Pays de Galles, puis le match contre l'Allemagne. Après, libre à vous de lancer certains débats. Ça ne m'agace pas, ça peut devenir lassant, mais je ferai avec. Mes joueurs méritent du respect."

Un changement de système ?

Didier Deschamps : "C'est probable. Vous le verrez demain."

L'équipe de France, dans la même catégorie que l'Allemagne ?

Didier Deschamps : "L'Allemagne est au-dessus de nous. Il y a une expérience commune même si leur groupe est rajeuni. Le niveau international demande du temps. Ils ont démarré ce cycle en 2004 et ont été sacrés en 2014, soit 8 ans après. Le temps permet d'engranger de l'expérience. Sur ce plan là, on est en déficit car j'ai beaucoup de jeunes joueurs."

Alexandre Lacazette ?

Didier Deschamps : "Il sait qu'il peut mieux faire. À lui de faire le maximum, bien évidemment. Comme chaque joueur. Après, le niveau international demande des exigences encore plus élevées. Si je le sélectionne, c'est que j'ai confiance en lui. Il peut mieux faire, et il le sait."

Didier Deschamps prend la parole

Didier Deschamps : "J'ai une forte pensée pour toutes les personnes qui, de près ou de loin, ont été touchées par les attentats du Stade de France. Je n'oubliera jamais ses moments de tristesse, de larmes et cette immense solidarité qui a suivi. Au nom du groupe France, je leur adresse tout notre soutien et notre sympathie."

Alexandre Lacazette ?

Raphaël Varane : "Je ne l'ai pas senti touché, pas du tout. En Bulgarie, le match était dans un contexte difficile, pour tout le monde. Je pense qu'il attend une opportunité et un temps de jeu pour exploiter et démontrer ses qualités. À l'entraînement, il est bosseur. Il a une qualité technique et de finisseur. Je suis persuadé qu'il aura d'autres opportunités car c'est un joueur de grand talent."

Son avis sur le potentiel offensif des Bleus ?

Raphaël Varane : "Le coach a des choix difficiles à faire, et c'est tant mieux. C'est un groupe de grande qualité. On voit que petit à petit les joueurs s'imposent dans des grands clubs. Ça va servir la sélection. Il y a vraiment beaucoup beaucoup de joueurs. C'est intéressant, mais compliqué. Chacun devra apporter sa pierre à l'édifice. Chacun aura sa chance. Les joueurs ont les qualité, on s'en réjouit. À l'entraînement, je me dis qu'il y a de quoi faire de très belles choses sur le plan international !"

L'annonce de la retraite de Laurent Koscielny ?

Raphaël Varane : "C'est quelque chose de très personnel. C'est un ancien, il a beaucoup d'expérience. Je pense qu'il a encore beaucoup à apporter à ce groupe. Maintenant, c'est à lui de s'exprimer sur ce sujet. On a des jeunes à potentiel. Chacun gère la concurrence comme il le sent. Laurent est un joueur de qualité, il va continuer de nous apporter. Jusqu'en 2018, ou peut-être plus. C'est à lui de prendre sa décision."

L'Allemagne ?

Raphaël Varane : "À l'Euro 2016, on est allé jusqu'en finale. On a un groupe qui s'améliore. L'Allemagne a un groupe similaire au notre. On n'a pas à se sentir inférieur à l'Allemagne. Ils ont vraiment un groupe de qualité. Ils ont de grands joueurs, peuvent jouer dans différents systèmes. C'est un bon test pour nous. J'espère qu'on verra un très bon match. Il y a tous les ingrédients pour voir un beau match en tout cas."

Le soutien des supporters ?

Raphaël Varane : "Cela fait chaud au coeur. Il y a quelques années, c'était plus compliquée. On va être suivi. Au Stade de France, l'ambiance est de mieux en mieux. Il y a eu un déclic qui s'est produit, on en est très heureux. Je le savoure d'autant plus, c'est beau à voir en tout cas."

Son avis sur le niveau du groupe France ?

Raphaël Varane : "C'est un groupe qui à chaque fois est un peu plus fort. Il y a un peu plus d'expériences, d'automatismes. On sent que le groupe est plein de concurrence. Il y a vraiment des joueurs de très haut niveau. C'est un groupe intéressant, qui continuer de progresser. On est un groupe jeune, avec une bonne marge de progression. On peut faire mieux."

La France moins souveraine sur les coups de pieds arrêtés ?

Raphaël Varane : "Les coups de pieds arrêtés, ça se travaille. C'est une question de concentration et de détermination. Chacun sait ce qu'il a à faire. Cela dépend beaucoup de l'adversaire. Il reste du temps pour travailler et progresser dans ce secteur de jeu."

Son ressenti sur les matches amicaux ?

Raphaël Varane : "C'est compliqué de tirer des conclusions sur des matches amicaux. On est un groupe qui continue d'évoluer, de progresser. On peut en tirer certains enseignements. Maintenant, tirer des conclusions au mois de novembre, c'est précipité. On affronte les Champions du Monde en titre, ça va nous permettre de continuer notre préparation."

Le contexte

L'équipe de France, qui a dominé le Pays de Galles (2-0) vendredi soir au Stade de France, fera face à l'Allemagne, mardi soir (20h45) à Cologne. À la veille de cette affiche amicale de prestige, Raphaël Varane et Didier Deschamps, défenseur central et sélectionneur des Bleus, répondront aux questions de la presse. Une conférence de presse à suivre en direct-commenté sur notre antenne.