Mercato

Comment Vincent Labrune s'immisce dans le mercato des clubs français...

Vincent Labrune est resté un personnage influent du foot français...

Parti de la présidence de l'OM à l'été 2016, Vincent Labrune a gardé un pied dans le football français. Plus que pour son poste au conseil d'administration de la LFP, c'est par son activité sur le dernier mercato, auprès des clubs de L1, qu'il est parvenu à rester un acteur influent dans l'Hexagone...

Le 21 juillet 2016, Vincent Labrune quittait la présidence de l'Olympique de Marseille, remplacé par l'éphémère Giovanni Ciccolunghi en attendant la reprise de Frank McCourt. Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts et beaucoup de choses ont changé pour le club olympien. Dans la vie de son ex-président, aussi. Ce dernier est toujours impliqué dans le microcosme du football français, mais son rôle a changé et manque d'ailleurs de clarté.

Conseiller, agent, intermédiaire... Difficile de dire ce qu'est devenu Vincent Labrune depuis un peu plus d'un an maintenant. Le bruit qui courrait dans les coulisses du dernier mercato est aujourd'hui confirmé par L'Equipe : l'Orléanais s'est immiscé dans le marché des transferts des clubs français. Il a conservé son réseau et entretenu des liens d'amitié avec ses anciens homologues de Ligue 1.

Des liens étroits avec l'ASSE

Jean-François Fortin (Caen), Bertrand Desplat (Guingamp), Waldemar Kita (Nantes), Bernard Joannin (Amiens)... Tous saluent le travail effectué par Labrune pour les aider, le présentant comme un "facilitateur" (Fortin), qui "aide les gens qu'il apprécie" (Kita), mais se défendant de le rémunérer. Il travaille bénévolement, "par pure amitié", assurent ces présidents de l'élite. "Je ne suis le conseiller occulte de personne. Mais je suis ami avec beaucoup de monde", sourit l'intéressé, interrogé par le journal. Parmi ses "amis" figure également Bernard Caïazzo...

Le président du conseil de surveillance de l'ASSE a fait appel à lui a de maintes reprises cet été. C'est effectivement Labrune qui a lancé l'idée, dans le Forez, de recruter l'Amiénois Tanguy Ndombélé. Ce dernier est finalement parti quelques kilomètres plus à l'Est, à Lyon. Il a aussi tenté d'envoyer Kevin Monnet-Paquet à Nantes, où Kita était intéressé, et tenté de faire monter les enchères autour de Kevin Malcuit (parti au LOSC pour 9M€), en envoyant son CV à des clubs de Premier League. Grâce à ses relations avec Desplat et Fortin, il avait également facilité les discussions des Verts avec Guingamp et Caen, au sujet de Yannis Salibur et Yann Karamoh. Mais les deux jeunes attaquants, pour des raisons diverses, ont finalement tourné le dos à St-Etienne.

Les agents montent au créneau

Bien sûr, cette omnipotence agace, notamment dans le monde des agents. "Être apprécié des dirigeants de certains clubs français et ne pas être aimé de certains agents, je préfère cela que le contraire", relativise Labrune. Il n'empêche que cela pourrait vite lui poser des problèmes. Toujours d'après L'Equipe, plusieurs agents auraient alerté leur syndicat et la direction de la LFP sur les activités de l'ancien patron de l'OM. Depuis un an, "VLB" est effectivement membre du conseil d'administration de la Ligue, un rôle incompatible avec celui d'agent officiel, si l'on suit l'article 222-9 du code du sport. Labrune ne détient pas la licence d'agent sportif, mais il y ressemble fortement...