PSG

Di Maria, le revoilà !

Angel Di Maria a signé ses 11e et 12e buts de l'année 2018 hier soir.

De retour dans le onze de départ parisien hier soir, contre Marseille, Angel Di Maria s'est offert un doublé et a renforcé son statut de titulaire en l'absence de Neymar, à une semaine du 8e de finale retour face au Real Madrid.

Ça ne paraît pas forcément évident à l'oreille, mais 2018 rime bien avec Angel Di Maria ! Hier encore, le gaucher argentin a régalé en s'offrant un doublé dans le Classique contre l'OM (3-0). Une volée du droit et un but de renard du gauche lui ont permis d'inscrire ses onzième et douzième buts (en 14 matchs) depuis le début de l'année civile, devenant ainsi le troisième joueur le plus décisif des cinq grands championnats européens (impliqué sur 18 buts toutes compétitions confondues).

À lire aussi : quand Neymar n'est pas là, Di Maria danse

Sa prestation, la première en tant que titulaire depuis la réception de Strasbourg le 17 février (victoire 5-2), n'avait pourtant pas débuté sous les meilleures auspices. Positionné à gauche, il a enchaîné quelques mauvais choix avant d'être replacé à droite par Unai Emery. "On a décidé de changer après trente minutes, pour donner l'option au latéral (Meunier) de prendre la profondeur dans son dos", a expliqué le coach Parisien après la rencontre. "C'est une bonne option, je crois, avec un joueur qui rentre sur son gauche."

Di Maria a donné raison à son entraîneur, ouvrant le score seulement un quart d'heure plus tard d'un but inscrit depuis... l'axe de la surface. Mais au-delà de ses deux réalisations, ou même de ses nombreuses tentatives (6 au total, dont 3 cadrées), c'est dans le jeu que le natif de Rosario a brillé. Très disponible (78 ballons touchés), il s'est appliqué à servir ses partenaires dans de parfaites conditions, comme sur ce centre magnifiquement léché pour la tête de Pastore (65e).

"Il peut changer un match d'un moment à l'autre"

Cette capacité à créer le danger par la passe, plutôt que par le dribble, est justement ce en quoi le profil de Di Maria diffère de celui de Neymar. À Madrid, le brésilien avait fait quelques différences balle au pied, mais son individualisme et sa recherche constante du dribble l'avaient empêché de convertir ses actions par de véritables occasions de but. Dans un autre registre, Di Maria peut apporter au retour, mardi prochain.

"C'est un joueur qui peut changer un match d’un moment à l’autre", rappelle Marco Verratti. "On l’a vu l’an dernier dans le match face au Barça à la maison." Le jour de ses 29 ans, El Fideo avait réussi un doublé pour mener le PSG vers une victoire (4-0) qui reste encore dans les annales, malgré la remontada du match retour au Nou Camp (1-6). À croire que le pic de forme de Di Maria intervient entre la fin de l'hiver et le début du printemps. Espérons qu'il se poursuive encore une semaine au moins...