Cologne

Vincent Koziello, retour à sa source

Vincent Koziello se relève à Cologne

Alors qu'il a surpris tout son monde en quittant Nice pour Cologne au mois de janvier, Vincent Koziello retrouve des couleurs de l'autre côté du Rhin, dans une formation pourtant en difficulté... 

Les joueurs français en Bundesliga sont souvent gage de réussite. Comme d'autres avant lui, Vincent Koziello a décidé de donner un nouvel élan à sa carrière en rejoignant l'Allemagne alors qu'il était dans l'impasse à Nice, son club formateur. Le championnat allemand, réputé pour son jeu offensif et rythmé, a donc accueilli un joueur si atypique, mais techniquement très à l'aise lorsqu'on lui laisse les clés du jeu.  

"En match j’avais du mal à me lâcher complètement. Il y avait un blocage dans ma tête que je ne saurais pas expliquer" se remémore Koziello sur son aventure niçoise il y a tout juste un mois, dans les colonnes de So FOOT. "Il n’y avait aucun souci sur ce qu'ils (Favre et les adjoints, ndlr.) me demandaient de faire, c’est plus moi qui me mettais des freins. (...) L'élément principal au moment de choisir était que je sois important dans mon futur club. Je suis persuadé que cette opportunité me permettra de grandir en tant que footballeur et en tant qu’homme. Rejoindre Cologne a été un choix réfléchi, et je ne veux pas que les gens pensent que c’était un choix par défaut."

Une nomination comme "meilleur rookie" pour le mois de mars

Après avoir rongé son frein sur le banc lors des trois premiers matchs avec le FC Köln, le Français a pris peu à peu le "bouc" par les cornes pour se faire une place. Il fait ses débuts le 10 février dernier, à Francfort, en disputant 19 minutes. La semaine suivante, dans son nouveau jardin du RheinEnergieStadion, il joue cette fois 20 minutes. Et ses efforts ont fini par payer puisqu'il intègre le XI de départ la semaine suivante. Une titularisation gagnante puisqu'il inscrit un des deux buts victorieux du FCK à Leipzig (1-2 score final). Depuis, l'ancien Niçois n'a pas quitté la formation de départ de Stefan Ruthenbeck, l'entraîneur.

Le mois de mars est synonyme de réussite personnelle. Si les résultats avec Cologne sont toujours décevants (1 victoire, 2 défaites), Vincent Koziello a installé sa patte sur le jeu des Geißböcke. Avec 94% de passes réussies, 80 ballons joués en moyenne, et 56% de duels gagnés sur les 3 rencontres déjà disputées, il se fait un nom dans le championnat allemand et retrouve toutes ses qualités. De quoi lui valoir une nomination pour le titre de "meilleur rookie" du mois ! Une première "distinction" qui pourrait motiver l'Aiglon à prendre encore plus de responsabilités et inscrire son nom, à long terme, aux côtés des autres réussites françaises en Allemagne (Ribéry, Modeste, Tolisso...)