France

Deschamps : "L'idée fixe, c'est d'avoir le ballon et de créer des problèmes à l'adversaire" (compte-rendu)

Didier Deschamps (France) était en conférence de presse, lundi après-midi.

L'équipe de France est en Russie depuis hier après-midi. Désormais bien installés dans leur camp de base à Istra, près de Moscou, les Bleus se préparent à entrer dans le vif du sujet. Didier Deschamps, le sélectionneur national, y a donné sa première conférence de presse en ce début d'après-midi. L'occasion pour le technicien national de balayer toute l'actualité récente de la sélection tricolore.


Des garanties sur Benjamin Mendy

"Des garanties, non. On a fait en sorte qu'il soit de mieux en mieux, de mieux en mieux avec le temps."

Cette dernière semaine de préparation

"On met l'étiquette d'affûtage sur la dernière semaine. On réduit la quantité, on est plus sur la vitesse et l'explosivité. On a un programme qui est prévu, avec des séances ouvertes, et d'autres non. C'est spécifique à ce dont on a besoin."

Le camp à Istra

"On est bien installés. On a un camp de base très agréable, avec de l'espace. Les services de la Fédération ont fait du bon travail. On a tout ce qu'il faut, ce n'est pas le grand luxe, mais c'est très bien. Tout le monde est content, tout va bien."

Sa troisième grande compétition à la tête des Bleus

"Ma vision a évolué oui. Elle est en perpétuelle évolution par rapport aux joueurs dont je dispose. Le maître mot pour un entraîneur ou un sélectionneur, c'est de s'adapter. Je m'adapte avec mes idées et j'inclus les joueurs, car ce sont eux les acteurs. À chaque expérience, il y a quelques chose à retenir, que ce soit dans le positif ou le négatif."

Le match face à l'Australie

"Ils ont l'habitude de jouer avec une défense à 3. Sur les deux derniers matches, ils sont repassés à 4 derrière. C'est une équipe agressive, avec un potentiel offensif intéressant. Ils sont dans un 4-4-2, 4-5-1. Ils sont bien organisés. Ce n'est pas qu'une équipe capable de défendre, même si le sélectionneur a mis l'accent sur cet aspect du jeu."

Le projet de jeu des Bleus

"Je n'ai pas les impressions que vous avez (Ndlr, sur une équipe sans identité). Je construis mon équipe pour qu'elle aille de l'avant, qu'elle créée des problèmes à l'adversaire. Je préfère avoir le ballon, je trouve mon équipe plus performante quand elle a le ballon. On est plus performant dans l'attaque rapide que dans l'attaque placée. On doit être capable d'être meilleur sur attaque placée. On a différents profils en attaque. Mais l'idée fixe, c'est d'avoir le ballon et de créer des problèmes à l'adversaire."

L'inexpérience des Bleus

"L'expérience, ils l'ont car ils évoluent dans des grands clubs. Ils vont se nourrir de leurs coéquipiers qui ont déjà connu ces compétitions. L'idéal, c'est d'arriver concentré et décontracté. Surtout ne pas faire le match avant. Il faut être acteur de l'événement, ne pas subir. Cela dépend du caractère de chacun. Le groupe aura un rôle important dans ce secteur."

Antoine Griezmann

"Antoine est un leader technique, de par ce qu'il fait sur le terrain. Il a la joie de vivre, il a très souvent le sourire. Il ne va pas se transformer en aboyeur. Il véhicule beaucoup de positif par son visage et son attitude. C'est un élément moteur."

Hugo Lloris

"Je ne vais pas commenter les critiques. Bien sûr que je parle avec Hugo, comme il le fait avec Franck Raviot son entraîneur spécifique. C'est un poste spécifique, ingrat... Evidemment, il sait bien que sur ces deux situations, surtout la dernière, il peut mieux faire. Quand il y a des buts où on peut estimer que la responsabilité du gardien est engagée, c'est un peu plus pointé du doigt. Hugo a de l'expérience, il en a vu d'autres. Ça peut arriver à tout moment, et il vaut mieux que ça arrive avant (Ndlr, la Coupe du Monde) que pendant."

Son rapport avec la presse pendant le tournoi

"Comme d'habitude. J'aurai une attitude professionnelle et je répondrai à toutes les questions. Ça fait partie de mon métier, je vous dois du respect. Il y a de la place pour tout, les critiques, les commentaires, les opinions."

Le onze de départ face à l'Australie

"Oui, je l'ai. Mais vous attendrez pour le connaître."

Le mercato (Fekir, Griezmann), perturbant pour le groupe

"C'est leur avenir, ce n'est pas l'idéal. Mais l'idéal je ne pourrai pas l'avoir."

Des inquiétudes sur le plan défensif

"Je ne suis pas d'une nature inquiète. Dans les grandes compétitions, la solidité défensive est importante. Toutes les équipes prennent des buts mais évitons d'offrir les opportunités à nos adversaires."

L'arrivée en Russie

"On est dans le pays de la compétition. Ça ne change fondamentalement pas les habitudes. Mais le premier match sera très important, il faudra le gagner."

L'Australie (bis)

"On doit être prêt. Le match face aux USA était le moins abouti. On n'a pas tout bien fait. L'adversaire nous a mis en difficulté. L'objectif, c'est d'être prêt samedi."

Le camp de base

"Hermétique ? Ah non, surtout pas. On a besoin de tranquillité, mais je ne voulais pas un style bunker. On est soumis à des règles de sécurité très élevées. Notre président est sorti du camp ce matin et n'a pas pu rentrer malgré sa carte (sourire)."

L'entente Kylian Mbappé - Ousmane Dembélé

"Il y a toujours des affinités entre joueurs, des affinités de style de jeu. Olivier Giroud est dans un registre différent mais l'association est aussi compatible. Mais je ne suis pas là pour faire jouer les copains des copains."

Olivier Giroud

"Il va bien. Il a eu six points de suture. On va faire attention sur les 48 heures qui viennent. Si vous attendez de lui qu'il prenne le ballon et dribble plusieurs joueurs, non. Mais c'est un buteur, un finisseur. Ne lui enlevez pas ses qualités."

Les États-Unis

"On a eu une position trop souvent axiale. Nos latéraux sont aussi restés trop dans l'axe. Ce sont des choses à améliorer. Il faut avoir plus de variété dans le jeu. Il faut mieux s'adapter à ces situations. La complémentarité des déplacements est différente suivant l'adversaire."

Une base de titulaires

"C'est un avantage d'avoir des joueurs expérimentés (Ndlr, 6 joueurs des Bleus étaient déjà présents à la Coupe du Monde 2014). Le vécu doit permettre de mieux appréhender le premier match et la compétition."

L'entraînement de demain, ouvert au public

"La communauté française va se faire sentir. On l'a vu hier à l'aéroport. C'est quelque chose d'appréciable."

L'entraînement du jour

"Djibril Sidibé et Samuel Umtiti feront un travail différencié."

Le schéma tactique des Bleus

"4-4-2 en losange ? Non, pour moi c'est un 4-3-3. Ce n'est pas fixe, ça peut évoluer suivant les situations. Il y a des avantages et des inconvénients dans chaque système."