FPF par

Cette fois, ça se complique sérieusement pour le PSG...

Commentaire(s)
Le PSG peut craindre de nouveaux rebondissements dans le cadre du fair-play financier...

La chambre de jugement de l'ICFC, qui a demandé un examen plus approfondi des comptes du PSG par la chambre d'instruction, serait dans l'optique de placer le club parisien dans le rouge, en imposant une décote rétroactive de ses contrats de sponsoring. Les conséquences pourraient être désastreuses pour les Rouge-et-Bleu...

Au début du mois, les révélations des "Football Leaks" nous apprenaient que l'UEFA et le PSG s'étaient arrangés, dans le plus grand secret, pour éviter des sanctions trop lourdes au club de la Capitale dans la cadre du fair-play financier. Mais si l'instance européenne du football et ses dirigeants de l'époque ont pu faire preuve de complaisance avec le club parisien, c'est loin d'être le cas de son instance de contrôle financier des clubs, la fameuse ICFC, qui régule le FPF et son application.

Alors que la chambre d'instruction de l'ICFC avait classé le dossier au mois de juin, la chambre de jugement a demandé un "examen plus approfondi" du cas parisien, fin septembre. Une insistance qui traduit une volonté de ne plus rien laisser passer aux champions de France en titre, dont le contrat avec Qatar Tourism Authority prendra fin plus tôt que prévu (en 2019) à la demande du gendarme financier de l'UEFA, ce qui obligera le PSG à trouver de nouveaux revenus pour amortir les transferts pharaoniques de Neymar et Mbappé, conclus à l'été 2017 (le club doit trouver environ 150 M€ par an).

La chambre de jugement de l'ICFC veut mettre le PSG dans le rouge

Dans son édition du jour, L'Equipe révèle ce qui se trame dans les coulisses de l'ICFC. Non seulement la chambre de jugement attend une nouvelle décote des contrats signés entre le PSG et ses partenaires qataris (déjà passés de 138 à 87 millions d'euros au total), mais elle veut aussi que la baisse de ces revenus en sponsoring soit rétroactive sur les exercices 2013-2014 et 2014-2015, une époque où le contrat avec QTA était estimé à 100 M€ contre 58 M€ aujourd'hui (voire moins si le contrat est de nouveau décoté).

Cela placerait mathématiquement le PSG dans le rouge : le déficit maximal autorisé serait dépassé et la menace d'une sanction extrêmement sévère, comme une exclusion de toutes compétitions européennes, se préciserait. Un scénario catastrophe qui remettrait forcément en question le projet initié en 2011 dans la capitale par Qatar Sports Investments. Face à la pugnacité de cette fameuse chambre de jugement, Nasser al-Khelaïfi a récemment saisi le Tribunal Arbitral du Sport (TAS). L'été dernier, celui-ci s'était prononcé en faveur du Milan AC, préalablement exclu de la Ligue Europa pour avoir franchi les règles du FPF. Le PSG n'en est pas encore là, mais il doit commencer à préparer ses arrières...

PSG UEFA Fair-play financier FPF