Mercato par

Pour Fabregas, Monaco a des raisons d'y croire

Commentaire(s)
Le milieu de terrain espagnol est courtisé par Monaco

Alors que l'AS Monaco courtise Cesc Fabregas en vue du mercato hivernal, le club de la Principauté devra certainement composer avec une forte concurrence. Mais L'Equipe explique que l'ASM a sa chance dans ce dossier. 

Cesc Fabregas en France : la possibilité semble prendre de l'ampleur, jour après jour. Le milieu de terrain espagnol est mis de côté à Chelsea, où il n'a été titularisé qu'à une seule reprise cette saison en Premier League, et cherche donc logiquement à s'offrir un dernier challenge, à 31 ans. Vendredi, Nice-Matin et la Gazzetta dello Sport évoquaient l'intérêt du club du Rocher pour l'ancien Barcelonais tandis que L'Equipe s'attardait sur l'intérêt du Paris Saint-Germain. Alors que le Milan AC, de son côté, s'est déclaré candidat à voix haute. Ajoutez à cela un Maurizio Sarri qui ne serait pas forcément chaud à l'idée de perdre son joueur, et ce dossier pourrait s'avérer très compliqué à conclure, sans même parler de la rémunération de l'intéressé.

Mais L'Equipe dresse ce samedi une liste de raisons d'y croire pour l'ASM. En commençant par l'avis de la femme de l'Espagnol, Daniella Semaan, influente auprès de son mari et qui verrait d'un bon oeil une expérience en France. Un argument qui, certes, s'applique également au PSG. Mais le quotidien rappelle également les excellentes relations entre Fabregas et Thierry Henry, qui se sont côtoyés durant trois ans à Arsenal et qui ont des liens très forts en plus de disposer du même agent, Darren Dein. Autre argument moins évident : le rôle que pourrait jouer Michael Emenalo, directeur sportif de Monaco. Celui qui officiait auparavant à Chelsea est fier de répéter qu'il a fait "ressortir l'orgueil" de Fabregas lorsque sa situation s'est dégradée à l'arrivée de Sarri. 

Enfin, il est impossible de passer outre la question du coût d'une telle opération. Mais là encore, le quotidien se montre plutôt optimiste. L'ancien Gunner toucherait l'équivalent d'un salaire mensuel de 500 000 euros net mais ce dossier serait "réalisable" si l'ASM se sépare de certains joueurs en manque de temps de jeu. Pour le moment, rien ne semble donc fermer la porte à une arrivée de l'ancien protégé d'Arsène Wenger sur le Rocher. Reste à connaître la position de l'intéressé. 

Monaco Fabregas MERCATO