OL par

Mendy, l'envers de Ferland

Commentaire(s)
Ferland Mendy avant un match à Caen le 15 septembre dernier.

Alors qu'il s'apprête à franchir un nouveau palier dans sa jeune carrière en rejoignant le Real Madrid, Ferland Mendy n'a pas toujours eu une trajectoire linéaire. Ses débuts au Havre ont été poussifs et si ses performances sur le terrain étaient déjà remarquées, quelques frasques extra-sportives auraient pu lui coûter...

Ferland Mendy a toujours été bon dans les débordements. Mais il fut une époque où ils étaient aussi marquants dans son couloir gauche qu’en dehors du terrain. En s’intéressant aux débuts du natif de Meulan-en-Yvelines, on n’apprend pas seulement que sa carrière a longtemps été menacée par un grave problème à la hanche, détecté durant sa formation au Paris Saint-Germain et qui rend son parcours d’autant plus remarquable. On découvre aussi que ses débuts dans le monde professionnel ont été ralentis par des attitudes parfois contestables, voire de sérieux dérapages.

Au Havre, où il a passé quatre ans avant son départ pour Lyon en 2017, son passage n’a pas laissé que le souvenir d’un joueur au sourire et au talent éclatants. "C’était un gamin un peu turbulent", résume un habitué du HAC. Alors qu’il commençait à toucher du doigt le haut-niveau, à 20 ans, avec plusieurs apparitions en L2 lors de la première partie de saison 2015-2016, Mendy n’a pas immédiatement compris les sacrifices qu’une carrière professionnelle implique. Ses sorties nocturnes l’ont empêché de suivre assidument les séances vidéos de Bob Bradley, l’entraîneur de l’époque, et son staff. Surpris à plusieurs reprises les yeux fermés, il n’est revenu qu’une seule fois dans le onze du manager Américain cette saison-là.

Des coups de feu devant une boîte de nuit, des supporters insultés

Quelques mois plus tard, le nom de Ferland Mendy est apparu dans la rubrique faits divers. Nos confrères de Paris-Normandie ont raconté, en mai 2016, comment l’une de ses virées en boîte de nuit a mal tourné. Très mal, même, puisque des coups de feu avaient détonné devant l’établissement, sans qu’il ne soit directement impliqué. Amateur de chicha - comme bon nombre de footballeurs professionnels en France il faut bien le dire -, l’international Tricolore s’était fait prendre la main dans le narguilé, l’été suivant en pleine préparation, avec l’un de ses coéquipiers. Les deux joueurs avaient pourtant préparé leur coup, en voilant le détecteur de fumée de leur chambre d’hôtel à l’aide d’une chaussette du club… qu’ils ont oublié de retirer en partant.

Les pensionnaires du Stade Océane peuvent aussi témoigner du comportement parfois déroutant de leur ancien latéral... Comme le narrait So Foot à l’époque, l’un de ses derniers matchs sous le maillot du club doyen avait été marqué par de violents échanges verbaux avec ses propres supporters, à l’issue d’une défaite face à Amiens que ces derniers avaient très mal digérée, en avril 2017. Cette incartade fut la dernière de son passage au HAC et depuis, il faut l’avouer, on n’entend plus parler de lui autrement que pour ses bonnes prestations sous le maillot de l’OL et de l’équipe de France. Didier Deschamps, qui devrait le titulariser en Andorre ce mardi soir, et le Real Madrid, qui s’apprête à poser plus de 50 millions d’euros sur lui, aimeraient sûrement que ça en reste ainsi...

mercato Ferland Mendy