Mercato OL par

Nabil Fekir livre enfin sa version de son transfert avorté à Liverpool

Commentaire(s)
Nabil Fekir rejette la faute sur son agent de l'époque.

Au cours d'une longue interview à L'Equipe, Nabil Fekir revient sur le début d'été 2018 et l'épisode de son transfert avorté à Liverpool. S'il assure s'être remis mentalement, il garde une certaine rancoeur vis-à-vis de son ancien agent, Jean-Pierre Bernès, sur qui il fait peser la responsabilité de ce couac.

Nabil Fekir a quitté l'Olympique Lyonnais pour le Betis Séville et près de 20 millions d'euros, cet été. Un an plus tôt, c'est plus du triple de ce montant (environ 65 M€) qui était évoqué pour le milieu offensif Rhodanien, alors tout proche de rejoindre Liverpool. En marge d'un rassemblement de l'équipe de France, l'international tricolore avait même passé sa visite médicale avec les Reds, mais l'affaire a fini par capoter quelques heures plus tard sans que la lumière ne soit vraiment faite sur les coulisses de ce couac.

L'état du genou de Fekir, victime d'une rupture des ligaments croisés en 2015, ou encore l'intervention de sa famille dans les négociations ont été avancés comme des causes potentielles de la volte-face des dirigeants anglais. Le principal intéressé nie en bloc. "Ça m'a touché parce qu'il y a eu un nombre incroyable de mensonges racontés à ce sujet. Tout ce qui s'est dit sur ma famille notamment. Ça leur a fait du mal, comme ça m'a fait du mal...", confie le joueur de 26 ans dans une interview à L'Equipe. "Le genou, il va très bien. J'ai fait une visite médicale à Clairefontaine, elle a glissé vite fait (rires) ! On ne m'a pas parlé une seule seconde du genou."

Fekir rejette la faute sur son agent de l'époque

Quand on lui demande de rétablir la vérité sur cette affaire, Fekir prétend d'abord qu'il "ne la connaît pas". Il semble néanmoins nourrir une certaine rancoeur vis-à-vis de son agent de l'époque, Jean-Pierre Bernès. "Quand tu ne t'entoures pas des bonnes personnes, ça te cause du tort", sous-entend-il. "Quand, dans les négociations, tu n'es pas informé de tout ce qu'il se passe, ce n'est pas normal. Nous, on est une famille discrète. Et ce n'est jamais bon de vouloir diviser une famille. On a vécu tout ça comme une petite secousse. C'était un moment un peu noir de ma carrière", poursuit le champion du Monde, qui assure n'avoir "plus aucun contact" avec Bernès.

Le célèbre agent, qui a son droit de réponse chez nos confrères, conteste la version de son ex-poulain et l'a récemment assigné devant le tribunal de grande instance de Marseille pour rupture prématurée de son contrat. "Il faut qu'il arrête son cinéma et de prendre les gens pour des imbéciles", lâche Bernès. "Tout le monde sait ce qu'il s'est passé. Le transfert à Liverpool a capoté pour deux raisons. La première, c'est son genou même si les dirigeants anglais étaient prêts à faire un effort à ce sujet. La seconde, c'est l'irruption d'un pseudo-avocat étranger au dossier qui a demandé à ce qu'on recommence les négociations depuis le début au moment de la signature. Entre cet épisode et la visite médicale, les dirigeants de Liverpool ont décidé d'abandonner le dossier." Difficile, avec deux versions aussi distinctes, de démêler le vrai du faux.