L1 par

Strasbourg renverse Nantes et décroche son premier succès (résumé)

Commentaire(s)
Strasbourg s'est imposé (2-1).

Grâce à un penalty d'Ajorque en fin de match, le RC Strasbourg Alsace a décroché son premier succès de la saison face à Nantes (2-1) lors de la 6ème journée de Ligue 1.

Ligue 1 - 6e Journée

Strasbourg
2 - 10 - 1 Nantes
D. Liénard 66'
L. Ajorque (P.) 89'
28' K. Coulibaly

Avant le coup d'envoi de ce match, la dynamique est bien différente dans les rangs de chaque équipe. Les Strasbourgeois courent toujours après leur première victoire en championnat cette saison tandis que les Nantais restent sur trois succès de rang. Sur le terrain, l'état de forme du moment se ressent dans les premières minutes. Les Canaris mettent le pied sur le ballon alors que Strasbourg éprouve toutes les peines du monde à franchir la ligne médiane. Sur leur première percée dans le camp adverse, les Alsaciens combinent sur la droite. Sissoko effectue un une-deux avec Thomasson et s'écroule dans la surface après une intervention limite de Pallois. Aidé par ses collègues de la VAR, l'arbitre décide de ne pas broncher alors qu'un contact existait (11e). Le Racing s'enhardit et prend peu à peu le contrôle du ballon. Toutefois, les phases de possession strasbourgeoises se résument à une circulation de la sphère aux abords de la surface adverse mais l'étincelle, le coup d'accélérateur n'intervient jamais. La situation la plus chaude devant les cages de Lafont provient d'une tentative de madjer de Da Costa sur un centre de Koné, mais Girotto, bien au marquage, est sur la trajectoire (24e).

Alors qu'aucun tir n'a encore été cadré, le FC Nantes ouvre le score sur sa première opportunité. Dans le couloir gauche, Traoré glisse au moment de centrer mais son ballon se transforme en passe décisive pour Coulibaly qui, dans un angle fermé, profite de l'apathie de Lala pour fusiller Sels à bout portant (28e, 0-1). A cet instant du match, les Canaris prennent provisoirement la tête du championnat. Galvanisés par ce but, les hommes de Gourcuff ont l'occasion de faire le break quelques minutes plus tard mais Blas, après avoir repiqué dans l'axe, ne se couche pas suffisamment sur son ballon pour attraper le cadre (33e). En fin de première période, le FC Nantes se contente de conserver son avantage au score. Après la pause, la réaction de Thierry Laurey ne se fait pas attendre puisqu'il décide de lancer un milieu supplémentaire en la personne de Liénard qui remplace un défenseur, Djiku.

Liénard a tout changé

L'entrée en jeu de l'expérimenté milieu strasbourgeois fait énormément de bien à son équipe. Avec un joueur en plus dans le coeur du jeu, le Racing prend le dessus dans la bataille du milieu et prend logiquement possession du cuir. De leur côté, les Canaris acceptent de laisser l'adversaire venir, et ils finissent par se brûler les ailes. Après un long quart d'heure de domination sans pour autant parvenir à se montrer dangereux à l'exception d'une reprise de Thomasson sur corner (55e), Strasbourg réussit à pénétrer dans la surface nantaise et ça paye. Da Costa est dépossédé du ballon par Girotto mais Liénard en hérite à gauche de la surface. Il envoie une frappe sèche au sol qui passe sous Lafont et permet à son équipe de recoller (66e, 1-1). Les sifflets entendus à la fin du premier acte laissent place à l'euphorie à La Meinau. Cette égalisation ne fait qu'accentuer la domination des locaux qui ne cessent de pousser et forcent les visiteurs à se recroqueviller dans leur trente derniers mètres... jusqu'à ce qu'ils craquent. Dans les dernières minutes, Bellegarde donne un coup de rein pour entrer dans la surface et se fait accrocher par Louza. La faute est indéniable et le point de penalty est désigné. Ajorque ne tremble pas et prend Lafont à contre-pieds (88e, 2-1) pour offrir à Strasbourg sa première victoire de la saison en Ligue 1 !

L'HOMME DU MATCH

D. Liénard (Strasbourg). Le choix de Laurey s'est avéré payant. L'expérience du milieu de terrain a permis au Racing de remporter davantage de duels dans le coeur du jeu et ainsi prendre possession du ballon. Dans l'utilisation de celui-ci, Liénard a apporté la justesse (84% de passes réussies, 2 passes clefs) qu'il manquait à ses coéquipiers en première période. Auteur de l'égalisation, il est également impliqué au départ de l'action qui mène au penalty obtenu par Bellegarde.

6e journée L1