Mercato par

Jean-Pierre Bernès dézingue Fekir

Commentaire(s)
Jean-Pierre Bernès a mis les choses au clair concernant le transfert avorté de Fekir.

Le torchon brûle entre Jean-Pierre Bernès et Nabil Fekir. Alors que les deux hommes ont mis fin à leur collaboration en avril dernier, l'ancien lyonnais avait pointé du doigt son ancien agent le mois dernier dans les colonnes de L'Equipe pour lui reprocher son transfert avorté à Liverpool à l'été 2018. Dans des propos pour Canal +, Jean-Pierre Bernès s'est défendu et a qualifié les déclarations de son ancien client de "tissu de mensonges". "Nabil était la priorité de Liverpool. J'ai travaillé pendant quatre mois avec les dirigeants de Liverpool, avec Jürgen Klopp, Jean-Michel Aulas, tout était calé. Nabil connaissait son futur contrat, où il prenait à peu près 45 millions d'euros sur cinq ans. Et le jour de la signature, à Rambouillet, on a vu arriver un avocat et le beau-frère de Nabil qui ont dit 'arrêtez tout, les discussions doivent être reprises à zéro'. C'était surréaliste. On se serait cru dans un film de Walt Disney" a d'abord établi l'ancien agent de Fekir.

Si l'état du genou du champion du monde Français a posé problème, l'homme de 62 ans a confié qu'il ne s'agissait pas de l'unique motif ayant fait échouer ce transfert. "Le beau-frère de Nabil Fekir est devenu d'un coup un agent de joueur. Il voulait une commission, tout le monde le sait, c'est la nouvelle mode. [Fekir] était sur un nuage, je l'ai trouvé transformé, il n'a même pas salué les dirigeants de Liverpool. Il est arrivé après la visite médicale, tout le monde se regardait, les dirigeants de Liverpool se demandaient où ils étaient. J'avais honte" a-t-il lâché.