France par

Didier Deschamps répond au Bayern !

Commentaire(s)
Deschamsp répond au Bayern

Didier Deschamps a répondu au Bayern Munich, ce lundi, en conférence de presse. Les Bavarois, y compris les dirigeants et le médecin du club, ont reproché au sélectionneur de faire appel à Lucas Hernandez, touché au genou.

Attaqué de plein fouet par le Bayern Munich ce lundi, en raison de la convocation de Lucas Hernandez pour le rassemblement d'octobre malgré une blessure, Didier Deschamps a tenu à répondre aux dirigeants bavarois mais aussi aux autres clubs en conférence de presse.

"Je comprends les positions des entraîneurs, il y a des intérêts qui peuvent être communs durant la saison mais quand il y a la trêve, les intérêts des clubs divergent de l'équipe nationale. Il y a deux matchs de qualifications qui peuvent être décisifs. Leurs propos ne me gênent pas, qu'ils fassent tout pour les protéger non plus. Mais d'un coté c'est bien aussi d'être en équipe de France car on est international et que la valeur augmente" confie Deschamps. "Je parle aux joueurs aussi, on a le temps de voir comment le programme se définit, le match est vendredi, et prendre des décisions. Je ne suis pas là pour prendre des risques outre mesure. Je n'ai pas eu Tuchel, j'ai eu Kovac, j'ai échangé avec lui d'autant plus qu'il a été sélectionneur par le passé. Il a déjà été confronté à cette situation". 

Deschamps comprend le Bayern mais...

S'il a eu échos des propos du Bayern, Didier Deschamps pense, simplement, que les Bavarois ont eu une mauvaise traduction de ses propos. "Je ne suis pas là pour remettre en cause leurs diagnostiques, on connaît bien la situation pour Lucas. Il y a peut être eu un petit souci de traduction. Je connais Lucas, en disant qu'il pouvait jouer sur une jambe, c'était une image. Contre Andorre, il voulait jouer le match mais je ne l'ai pas fait. Il y avait des risques donc je ne les ai pas pris. Je ne remets pas en cause le Bayern. Le point positif pour le Bayern s'il restait, c'était de le faire bien travailler pendant deux semaines et le faire reprendre dès le retour de la trêve. Mais on ne joue pas dans un ou deux jours, on joue vendredi" rappelle Deschamps.

"Les clubs rémunèrent les joueurs mais entre les joueurs très attachés à l'EDF et le club, il ne doit pas y avoir de tiraillement. J'ai échangé avec Kovac, je ne vais pas appeler Pierre, Paul ou Jacques. On s'est dit des choses, je ne vais pas rentrer dans les détails. Ils sont dans leurs droits, je peux comprendre ça mais de notre côté ce n'est pas remettre en cause les diagnostics et les examens. Je le repète, on ne joue pas demain". Toutefois, "DD" l'assure, il n'y a rien qui "l'énerve" et il comprend tout à fait les déclarations des clubs. "Ils sont dans leurs droits. Moi et le staff médical faisons les choses comme il se doit. il y a des joueurs convoqués, qui peuvent repartir, on est là pour étudier la situation du moment. Chacun est libre de faire les déclarations qu'il veut. Ca fait partie des situations qui peuvent se répéter à chaque rassemblement et pas seulement en Equipe de France". Le message est passé.