France par

Deschamps fait le tour de l'actualité tricolore du moment (compte-rendu)

Commentaire(s)
Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France.

Après l'annonce de sa liste pour les matches face à la Moldavie et l'Albanie, les 14 et 17 novembre prochains, pour le compte des qualifications à l'Euro 2020, Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France, a balayé l'actualité tricolore du moment devant la presse.


Nabil Fekir

"Sa qualité individuelle est restée identique malgré le mauvais classement de son équipe. Cela fait un moment qu'il fait partie de ce groupe. Il fait partie des joueurs qui n'ont pas eu énormément de possibilités de débuter les matches. Je l'ai surtout utilisé en joker. Il a toujours cette capacité à créer des différences. Il aspire à avoir plus de temps de jeu. Ce sont des choix à faire. C'est une très bonne chose qu'il soit avec nous à nouveau."

Sa 100e à la tête des Bleus

"Si tout se passe bien, ce sera mon 100ème match à la tête des Bleus. J'ai l'immense plaisir et aussi le bonheur de connaitre cela."

L'adaptation d'Antoine Griezmann au Barça

"Il est au Barça car il a le talent et la qualité. Il est utilisé dans des positions différentes que celles qu'il occupe en équipe de France. Il doit s'adapter, s'adapter aux autres joueurs. Ce n'est pas "un cas". C'est un grand club donc beaucoup d'attentes, d'exigences. C'est quelqu'un de tellement généreux, il est toujours là pour le collectif."

N'Golo Kanté

"Il a pris le temps de se soigner. Il a repris l'entraînement collectif la semaine dernière. Il est rétabli, c'est sûr. Je ferai en sorte de le gérer, cette fois-ci, comme je gère tous les joueurs. À partir du moment où un joueur est disponible, c'est normal qu'il fasse partie du groupe."

L'absence de Jonathan Ikoné

"Ce n'est pas forcément à cause de son accident avec Lille. Il enchaîne, c'est nouveau pour lui. Il se retrouve dans une configuration avec des matches tous les trois jours. Je lui ai dit que les lendemains n'étaient pas les mêmes car les attentes et les exigences ne sont pas les mêmes. Il dépend d'un collectif. Mais il reste toujours un candidat à une place chez nous, même s'il fait partie de la génération espoirs avec qui il va jouer et probablement continuer à jouer. L'un n'empêche pas l'autre. Il n'est pas avec les A, mais cela ne veut pas dire qu'en mars il ne sera pas là."

L'absence de Samuel Umtiti

"Il a fait un premier match il y a une quinzaine de jours, axe droit. Il a eu un petit soucis puis il est revenu dans le groupe sur le match de mardi. Mais il a peu de temps de jeu aussi. Je ne sais pas exactement les complications qu'il a eues depuis sa blessure avant le Mondial. Presnel Kimpembe me donne plus de garanties en ce moment avec le PSG. Sam (Umiti) reste Sam mais a besoin d'être en pleine possession de ses moyens, pour pouvoir s'exprimer au maximum avec sa force, tout ce qu'il peut dégager. C'est une période un peu plus délicate pour lui."

Sa relation avec les entraîneurs de clubs

"Il y a eu un peu d'excès sur ce dossier là, notamment par le biais des médias. On fait les choses de manières cohérentes, sans prendre de risque. L'employeur, c'est le club, pas la fédération. Evidemment, chaque joueur est attaché à son club mais est tiraillé par son club et la sélection, à laquelle il est également très attachée. À un moment, on a des intérêts qui peuvent être communs. En septembre, Niko Kovac espérait que je prenne Lucas Hernandez pour le mettre dans le rythme. Mais ce n'est pas pour autant que je n'ai pas pris de risque pour un joueur. Mais dès que j'estime qu'il y a un risque trop élevé, je pense à l'intérêt du joueur aussi."

Les difficultés de Wissam Ben Yedder face à la Turquie

"Il suffit de regarder ce qu'il a fait la saison dernière avec Séville, il marquait aussi des buts. Il continue de démontrer avec Monaco l'efficacité qu'il peut avoir devant le but. Quand on a une première titularisation (contre la Turquie), au Stade de France, il y a une grande part émotionnelle. C'est quelqu'un d'affectif. Cet aspect là l'a conditionné sur le match. Il n'a pas fait son meilleur match. Mais ça reste quelqu'un de très intéressant dans un profil différent."

Sur l'opération d'Hugo Lloris

"On a discuté ensemble. Son opération ne rallongera pas son indisponibilité mais c'était nécessaire pour lui. J'ai échangé avec lui. Il sera là avec nous jeudi pour le match. Comme c'est notre capitaine, c'est important qu'il soit là au Stade de France."

Kylian Mbappé

"Quand on se blesse, on revient encore plus fort. Il a eu sa première blessure pas facile à gérer parce que c'est musculaire. C'est un peu son fond de commerce. Il sait faire beaucoup de choses, pour ne pas dire tout. Quand on a plusieurs blessures d'affilée, on se pose forcément des questions. La sagesse a pris le pas sur le fait qu'il n'était pas disponible avec nous. Progressivement, il retrouve son meilleur niveau et c'est un grand plaisir de le retrouver en Bleu."

Qualifs Euro 2020