Liga par

Atlético-Barça : la soirée cauchemardesque d’Antoine Griezmann

Commentaire(s)
Retour compliqué à Madrid pour Antoine Griezmann.

Choc de la 15e journée de Liga, l’affiche entre l’Atlético et le Barça a surtout marqué le retour d’Antoine Griezmann au Wanda Metropolitano.

Pour sa première apparition au Wanda Metropolitano depuis son transfert au FC Barcelone, on attendait de savoir quel accueil serait réservé à Antoine Griezmann. Le ton a rapidement été donné par les supporters Colchoneros, lesquels ont visiblement tiré un trait sur ses cinq années passées sous le maillot de l’Atlético, qu’il aura pourtant marquées de son empreinte (finale de Ligue des Champions en 2016 et auteur de 133 buts en 257 matchs), lassés par ses tergiversations entre l’été 2018 et le dernier mercato. Son retour à Madrid s’est apparenté à un cauchemar.

Alors que le précédent match face au Borussia Dortmund en Ligue des Champions (victoire du FC Barcelone 3-1) avait laissé de beaux présages quant à son intégration au sein du trident offensif - surtout celle avec Lionel Messi -, cet Atlético-Barca était d’un autre calibre. En reconduisant le même trio d’attaque dans un 4-3-3 habituel, Griezmann se retrouvait cantonné à un rôle d’ailier gauche, Suarez occupant l’axe et Messi le côté droit. Moyen, voire transparent pendant une bonne partie de la rencontre (seulement deux tirs), malgré quelques tentatives de combinaisons avec l’Uruguayen, il s’est surtout mis en avant par ses inlassables retours défensifs pour combler les carences de Junior Firpo.

Même si sa prestation a été qualifiée de "très bien" par son entraîneur Ernesto Valverde, qui s’entête à le conserver dans ce rôle d’ailier (un seul dribble tenté), son entente avec ses deux compères d’attaque pose toujours question. Se gardant de féliciter son ex-attaquant, l’entraîneur colchonero Diego Simeone, plus réaliste, "ne peut qu’applaudir Messi et Suarez qui travaillent si bien ensemble". C’est en effet sur un éclair de génie de la Pulga - un énième avant la remise du Ballon d’or le 2 décembre 2019 - que le Barca a rejoint le Real Madrid en tête du classement de la Liga.

Sous une pluie torrentielle, l’ambiance électrique qui régnait dans les travées du stade disjonctait à chacune des prises de balle de Griezmann, accompagnées de sifflets et de chants intimidants des supporters ("Griezmann, crève !"). Ces derniers avaient envoyé un premier message au français avant même le coup d’envoi, en vandalisant la plaque à son effigie près du Wanda Metropolitano. "Cet accueil est respectable", a jugé Guillermo Amor, le directeur des relations institutionnelles et sportives du Barça, dans des propos relayés par la Movistar. "Le public a le droit d’avoir son opinion...". Éclipsé par Messi, abandonné par ses dirigeants et à peine protégé par son entraîneur, Antoine Griezmann ne pourra décidément compter que sur lui pour s’intégrer en Catalogne.

15e journée Liga