L1

Aulas et l'épineuse question des droits télés

par
Jean-Michel Aulas, l'emblématique président de l'OL, aux côtés de Aleksander Ceferin.

Dans une interview donnée ce dimanche au quotidien L'Equipe, Jean-Michel Aulas a abordé plusieurs sujets. Après avoir affiché son pessimisme grandissant concernant une potentielle reprise de la saison, le président de l'Olympique Lyonnais s'est attardé sur l'épineuse question des droits télés qui ont été récemment remis en question à la suite des non-paiements de Canal + et beIN Sports. S'il n'est pas déçu de ne pas avoir été nommé parmi la délégation de présidents mandatés pour négocier avec Maxime Saada, patron de Canal +, le boss du club rhodanien "reste à la disposition en cas de besoin" et espère que cette situation se terminera par une épilogue positive pour les clubs de Ligue 1 et Ligue 2.

À lire aussi : Le pessimisme grandit chez Jean-Michel Aulas

"C’est dommage. Cela participe encore plus à l’angoisse économique des 40 clubs de L1 et L2. Ce qui a été joué devrait au moins être payé. Je regrette la position de Canal et de beIN. Qu’il y ait une incertitude sur la fin paraît légitime, mais qu’ils ne payent pas au moins ce qui a été joué me perturbe. Est-ce le point de départ d’une négociation ? On verra avec le groupe de négociation des droits télés qu’anime Nasser (Al-Khelaïfi). Il a été demandé à Canal de proposer un certain nombre de présidents. J’imaginais que je serais dans la liste. Ce n’est pas le cas, il ne faut pas y voir de mal. Je l’ai dit à Nasser : je reste à la disposition, mais je ne veux pas être blessé. Si Canal a défini cette règle…", a-t-il confié dans les colonnes du quotidien sportif.

Droits TV L1 en danger