UEFA

Fair-play financier : l'OM autorisé à jouer la Champions League, mais...

par
Le Vélodrome accueillera de nouveau la Ligue des Champions la saison prochaine.

Dans le viseur du fair-play financier depuis l'année dernière, l'OM, qui n'est pas parvenu à redresser sa situation économique, a tout de même été autorisé à participer à la prochaine édition de la Ligue des Champions... mais n'a pas pu échapper à des sanctions.

L'hymne de la Ligue des Champions résonnera bien au Stade Vélodrome la saison prochaine. Plus ou moins selon le nombre de spectateurs autorisés dans l'enceinte du boulevard Michelet, mais il résonnera quand même ! L'UEFA a en effet annoncé ce vendredi que l'OM ne sera pas exclu des prochaines compétitions européennes, en particulier l'édition 2020-2021 de la C1 pour laquelle il s'est qualifié après sa 2e place au classement final de Ligue 1.

Pour avoir enfreint les règles du fair-play financier, qui impose aux clubs européens de maintenir un équilibre financier relatif, l'écurie provençale va tout de même être sanctionnée. Une amende de 3 millions d'euros a été infligée à l'OM, qui sera également privée de 15% des revenus UEFA issus de sa participation aux coupes d'Europe sur les deux prochaines saisons (2020-21 et 2021-22). Par ailleurs, André-Villas Boas ne pourra pas inscrire plus de 23 joueurs en Ligue des Champions la saison prochaine. Une limitation à laquelle le technicien portugais, ou son potentiel successeur, devra s'adapter jusqu'à la saison 2022-2023.

Des déficits de plus en plus lourds depuis 2017-2018

En juin 2019, Jacques-Henri Eyraud et les dirigeants olympiens s'étaient engagés auprès de l'instance européenne à afficher "un déficit maximum de 30 millions d'euros" sur l'exercice clos en 2020, puis d'arriver à l'équilibre à partir de 2021. Mais le club marseillais, qui affichait des déficits de 78,5 M€ en 2018 et de 91,4 M€ en 2019, va dépasser les 100 M€ de pertes sur la saison 2019-2020.

L'impact de la crise du covid-19 a évidemment été pris en compte par l'ICFC (instance de contrôle financier des clubs), l'organe qui régit le fair-play financier, qui a annoncé hier que les résultats de l'exercice 2019-2020 seront analysés avec ceux de 2020-2021. Mais l'OM, qui se dirigeait déjà vers un déficit proche des 70 M€ en début d'année, paie un bilan catastrophique antérieur à la pandémie. Les sanctions prononcées ce vendredi par l'UEFA peuvent donc s'apparenter à un moindre mal pour les pensionnaires de la Commanderie, qui peuvent néanmoins faire appel devant le tribunal arbitral du sport (TAS).

FPF